Histoires Zen de Ming Zhen 03

Histoires Zen de Ming Zhen 03

IMG_20160705_191727

Le Scorpion et le Saint-Homme

Chers amis, Pourquoi oublions nous si facilement les enseignements du Bouddha?

 

Un jour, un saint homme était assis près d’une rivière, regardant l’eau s’écouler, lorsqu’il vit un scorpion s’approcher du bord de la rivière pour ensuite tombé dans l’eau. Le saint homme voyant le scorpion lutter contre l’eau, utilise sa main comme une pelle et soulève le scorpion pour pouvoir ensuite le poser. Lorsqu’il pose le scorpion au sol, la créature le pique. Le saint homme ne dit rien et continue à regarder le débit d’eau.

Quelques minutes plus tard, le scorpion revint à la rive du fleuve et a nouveau, tombe dans l’eau … et a nouveau le saint-homme refait la même action. Et a nouveau, le scorpion le piqua. Le saint homme ne dit rien et continua à regarder le débit de la rivière. Quelques minutes passèrent et le scorpion est revint au bord de la rivière et tomba une fois encore dans l’eau, et une fois encore, le saint homme l’a posé en toute sécurité sur le sol.

Et a nouveau, le scorpion piqua le saint homme. Le saint homme tourna simplement la tête et continua de regarder le fleuve.

Un homme ayant vu toute la scène s’irrita de voir le saint homme répéter ce sauvetage fou d’un scorpion ingrat. Il alla vers le saint homme et le somma de répondre. «Pourquoi persistez-vous à sauver un scorpion misérable qui ne montre aucune gratitude pour vos efforts et vous pique?”

Et le saint homme répondit: «Il est de la nature d’un scorpion de piquer, tout comme il en est d’un être humain d’aider une créature dans le besoin».

Dans le Zen nous enseignons cette vérité parce que nous sommes souvent tentés de chercher a recevoir de la gratitude pour la moindre chose que nous faisons pour les autres. Il en est comme si nous essayons de former un contrat avec la personne que nous aidons. Comme si dans ces instants on pensait, «Je vais le faire pour lui et puis il va dire au monde entier quelle personne généreuse je suis.”

Parfois, nous allons même penser, «Je vais le faire pour lui et puis, quand j’aurai besoin d’aide, il m’en donnera en retour. ”

Non! La façon Zen de d’harmoniser avec le monde est d’être comme ce saint homme et d’agir en accord profond avec notre nature propre, puis d’oublier complètement, indépendamment de ce qui se passe, et de revenir à nos vies ” en regardant le débit de la rivière s’écouler “.

Publicités